tatoo me again

Conseils pour réduire la douleur d’un tatouage

- Tout d’abord, si il s’agit d’un premier tatouage, le choix du tatoueur, du motif, et de la zone à tatouer sont des éléments essentiels à prendre en compte dans votre démarche. L’expérience de la douleur du tatouage peut se révéler traumatisante si l’on va plus loin que ses propres limites. Commencer en douceur peut donc être un choix raisonnable, sinon aventureux.

- La connaissance de son propre corps est fondamentale : être à l’écoute de son corps et de vos intuitions sur votre capacité à supporter la douleur est essentiel. Il faut également prendre en compte le fait que la position du tatoué pendant la séance n’est pas toujours d’un confort absolu, ce qui ne favorise pas la tolérance à la douleur. Cette réflexion et cette connaissance intérieure est un bon moyen de prévenir un tatouage qui ne sera jamais fini à cause de la douleur occasionnée

- Il existe des crèmes anesthésiantes ou in-sensibilisantes comme la crème Emla, qui ne s’obtiennent généralement que sur ordonnance et ne sont pas extrêmement efficaces pour réduire la douleur d’un tatouage. De plus ces crèmes durcissent la peau et changent sa texture, ce qui rend le travail du tatoueur plus difficile et risque de déformer le tatouage après la scéance

- Rester calme et détendu pendant la séance est important, le tatoueur prendra souvent le temps de discuter avec vous pour vous rassurer et vous distraire des supplices qu’il vous fait subir.

- Concentrer son attention sur autre chose que la douleur permet de mieux la supporter : regarder un film si le tatoueur est équipé, se concentrer sur la musique, sur une discussion, sur des pensées positives. La pratique du yoga ou de la méditation peut aider à se détacher l’esprit de la douleur ressentie, qui est rappelons-le dictée par votre cerveau.

- Éviter la consommation d’alcool la veille d’un séance de tatouage, et encore plus pendant la séance, car l’alcool fluidifie le sang et les saignements seront plus importants, et donc à la fois plus douloureux et moins pratique pour le travail du tatoueur. La consommation de psychotropes est également déconseillée, la douleur étant très vive et « énervante » pour l’organisme. En revanche, boire beaucoup d’eau pour s’hydrater et faire des pauses régulières est important

En conclusion, n’oubliez pas que de nombreuses personnes sont passées par le tatouage avant vous, que c’est une pratique dont la douleur est parfaitement supportable pour quelqu’un ayant une tolérance « normale » à la douleur et qu’à la fin de la séance il ne vous restera plus qu’une sensation de brûlure similaire à celle d’un coup de soleil ou d’un bleu, qui ne dure que quelques jours, et est apaisée par les crèmes cicatrisantes à appliquer sur la peau.

 

 

source: http://www.tattoo-tatouages.com



01/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour